Un peu de tout

« Impardonnable »

J’ai longtemps réfléchi à poster cet article.. Comme j’ai longtemps hésité à en parler d’ailleurs.. Mais maintenant je me dis qu’il est temps ! Comme des personnes me l’ont conseillé, l’écrire pourrait m’enlever un poids, pourrait m’aider à avancer et clore ce chapitre de ma vie définitivement.

Étant donné que je sais ce que cette personne a pu dire dans son entourage mais également dans mon entourage, mes amis et anciens collègues (qui ne font plus partis de ma vie dorénavant d’ailleurs suite à tout cela..), je tiens à préciser que tout ce qui va suivre sont les termes des professionnels à qui j’ai pu me confier et mon histoire.

Il y a un peu plus de 2 ans, je partageais cette vidéo sur Facebook, peut-être pour essayer d’envoyer un appel à l’aide mais rien, personne n’a pu comprendre.. Ils n’avaient pas compris que je parlais de ce que je vivais.. À l’heure actuelle, je me dis que j’aurai dû réagir moi-même, j’aurai dû partir quand il avait le dos tourné car en sa présence il m’empêchait de faire mes valises et de partir loin en me séquestrant à notre domicile ou en me menaçant sur tout et n’importe quoi, j’aurai dû en parler avec quelqu’un pour éviter que tout cela dure des années et que je ne sois encore plus détruite que je ne l’étais..

Avec du recul et l’aide que j’ai pu avoir, je pense que quand on le vit, on minimalise la chose ou on se dit qu’on ne nous croira pas.. Ce qui a été le cas, j’ai un jour osé dire ce que je vivais et j’ai eu droit à « Mais elle est complètement folle, elle devrait se faire soigner!! », peut-être aurais-je dû prendre des photos des bleus et des blessures, faire des enregistrements des paroles dites.. Mais sur le moment, on pleure et on se dit simplement que ça va s’arrêter, c’est une petite erreur de parcours..

Aujourd’hui, on m’a fait ouvrir les yeux.. Aujourd’hui, on m’a dit :

Ce qu’on vous a fait n’est pas normal, personne n’a le droit de lever la main sur l’autre pour n’importe quelle raison.

Personne n’a le droit d’humilier, rabaisser quelqu’un ou l’insulter à tout bout de champs pour tout et n’importe quoi, ça se sont des violences morales.

Personne n’a le droit de vous faire du chantages ou des menaces, afin de vous forcer à avoir des relations sexuelles, même si vous êtes en couple, ça c’est un viol.

Ce que vous avez vécu, mademoiselle, ce sont des violences intra-familiales et le genre de personne a qui vous avez eu à faire durant toutes ces années est appelé: pervers narcissique.

Parce que non, la violence intra-familiale n’est pas uniquement physique, c’est bien plus complexe que ça. La violence commence par des insultes, souvent à répétition, le rabaissement de l’autre pour lui faire perdre toute confiance en elle, s’en suit ensuite les violences physiques, des violences bien placées pour qu’elles restent relativement bien cachées car oui, donner un coup, une gifle, tirer par les poignets, pousser l’autre pour qu’il se cogne de lui-même ou tombe, le sont également.

J’ai subi tout ça durant des années, j’ai été sous l’emprise d’un pervers narcissique.

D’abord, les trois premières années, il était gentil, attentionné et aimant. Une relation classique en soi.. Mais au plus la relation avançait, au plus son caractère changeait et au plus ses paroles et ses gestes envers moi étaient déplacés. Tout a réellement commencé quand j’ai dû partir vivre chez lui, dans sa famille.

Il a d’abord tout fait pour m’isoler, je partais vivre à 1h de chez mes proches et malgré cela, je n’avais pas le droit de voir mes amis les week-ends ou alors il cessait de m’adresser la parole et pleurait pour me faire culpabiliser de le laisser. Je cédais, et au fur et à mesure du temps, j’en ai perdu quasi tous mes amis. J’étais seule, je n’avais plus que lui et sa famille dans ma vie quotidienne. Je voyais tout de même ma famille un week-end sur deux puis qui sont devenus un samedi sur deux (car 2 jours pour lui c’était de trop) mais là aussi, il essayait de m’en éloigner en me disant des mensonges sur eux, en me disant que ma famille n’était pas là pour moi, qu’ils ne tenaient pas à moi, que j’étais la moins aimée et j’en passe..

Lorsque je fus suffisamment isolée, les violences verbales et physiques ont commencé, même sous le toit de ses parents. Je ne pouvais faire ou dire ce que je voulais ou j’étais insultée souvent sur mon physique mais pas que.. Si je répliquais alors s’en suivait les violences physiques mais à cette époque, c’était relativement rare donc je pensais à de simples querelles, que ça arrivait dans un couple, que c’était « normal » car je n’avais jamais rien connu d’autre avant lui..

Au bout de trois ans à nouveau, nous sommes partis pour vivre dans un appartement, et là ce fut la décadence..

L’isolement était de plus en plus important, j’avais un chez moi mais personne ne pouvait y mettre les pieds, sauf sa famille parfois.. Si je voulais inviter la mienne ou des amis, j’avais des reproches et lui jugeait bon de ne pas être présent ce qui était gênant à expliquer quand tout le monde pense que votre couple va bien.. Au final, j’avais abandonné cette idée et plus personne ne venait.

Ma propre vie se résumait à lui, je devais faire tout ce qu’il disait pour ne pas le mettre en colère, ou alors j’en subissais les conséquences.. Je ne compte plus le nombre d’insultes entendues, le nombre de coups ou de gifles reçus, toutes les fois où mon corps s’est écrasé contre un mur, une porte, un meuble ou le sol car j’avais décidé de ne plus me laisser faire, car le ménage n’était pas assez bien fait, parce que le repas préparé ne lui plaisait pas, parce qu’il jugeait que je lui avais mal parlé ou parce que je ne voulais pas de relations sexuelles avec lui.. Il me disait que c’était pour mon bien, que j’étais faible et que ça forgerait mon caractère, que j’arrêterai d’être une personne sensible..

Plus les mois passaient et plus je prenais sur moi, je me voilais la face, j’avais l’impression d’un vide, je souffrais de troubles dissociatifs et de dépression. Mais ça ne l’empêchait pas de continuer à me rabaisser sur tout ce que je faisais au quotidien et m’obliger à faire ce que je ne voulais pas..

Durant ces trois autres années, plusieurs fois j’ai tenté de partir, faire mes valises et aller loin de cette relation anxiogène mais en vain, il était partout, contrôlait tout, pistait mes moindres faits et gestes. Il suivait mes déplacements via son téléphone, vérifiait ce que je faisais à l’appartement avec la caméra de surveillance et veillait à ce que je ne parte pas grâce au système d’alarme. Il contrôlait les comptes bancaires pour que je n’achète rien en son absence et si nous achetions quelques choses, ça devait être fait grâce à son compte pour que tout soit à son nom et indirectement lui appartiennent.. Pour simples exemples, après 6 ans de relation et à force de lui demander, voir presque supplier, j’ai pu organiser une soirée et une journée seule en compagnie d’amies et encore, je DEVAIS lui parler par sms sans cesse. Et l’une des seules fois où j’ai eu la chance d’aller faire les magasins seule avec ma meilleure amie, il a scruté tous mes déplacements et le compte en banque, jusqu’à ce qu’il s’énerve, me reproche que j’étais partie avec cette amie pour le tromper et pour dépenser tout SON argent, en sachant qu’il s’agissait aussi du mien, mon amie a d’ailleurs été témoin de tout l’acharnement et du harcèlement dont il a fait preuve pour gâcher cette journée où je pensais pouvoir enfin souffler. Au final, même loin de lui, il arrivait encore à me gâcher ma joie et me rappeler que quoi que je fasse, il était là, toujours et quoi que je fasse, je le faisais mal. Durant cette relation, et après quelques années, j’ai également pris 50kg car je vivais comme lui et sa famille, qui n’ont jamais eu une alimentation et un mode de vie sain, j’étais déjà très mal dans ma peau à cause de cela mais en plus des insultes par rapport à ce poids, ça ne l’a jamais empêché de m’interdire d’aller à la salle de sport ou d’entreprendre un régime ou de pouvoir me faire opérer et perdre ce poids en trop, tout ça était proscrit, car si je maigrissais, si je me trouvais jolie, et si je pouvais plaire, je le faisais pour pouvoir le quitter. En fait, quoi que je fasse, jamais je ne pouvais le faire de moi même, tout devait subir un accord de sa part et si je prenais une initiative, ça serait de toute façon mal ou mal fait.

Lorsque j’étais décidée à le quitter car j’étais à bout, il se mettait à pleurer en me suppliant de rester, qu’il changerait. Au début, je cédais et m’en voulais de le rendre triste malgré tout ce qu’il me faisait voir. Puis, je ne cédais plus et continuais à vouloir partir c’est alors qu’il prenait toutes les clés que ça soit voiture ou appartement pour que je reste cloîtrée à l’intérieur et là, les pleurs laissaient place à la colère encore plus violente..

Si j’arrivais malgré tout à m’extirper de notre foyer, il me menaçait.. Il appellerait la police car la voiture lui appartenait, j’étais conductrice principale mais l’assurance et les plaques étaient à son nom, encore.. Et ensuite, j’avais droit aux menaces de suicide, si je le laissais, il se tuerait ! Alors je n’avais d’autres choix que de rentrer et reprendre une vie « normale« .. Les jours qui suivaient ce genre de crise, il était à nouveau aimant et attentionné, j’avais droit à des fleurs, des cadeaux et puis, quelque chose le contrariait et le schéma recommençait, encore et toujours..

Au bout de 9 ans de relation, j’ai craqué. Je n’avais aucun échappatoire, si ce n’est la mort, j’ai tenté d’en finir pour partir loin de lui et être enfin libre de cette vie.

Heureusement, j’ai échoué et malgré que j’ai tout perdu dans cette relation, que ça soit matériellement, financièrement ou même simplement mon temps, j’étais enfin libre ! Il a gardé tout ce qui était possible de garder vu que administrativement parlant rien ne m’appartenait mais j’ai pu recommencer ma vie à zéro et à l’heure actuelle, je peux dire que je vis une vie merveilleuse, j’ai trouvé l’amour, j’ai retrouvé des amis et je reconstruis tout petit à petit.

Alors si vous êtes confrontés à une personne qui auparavant vous faisait voir la vie en rose, tout était beau, il vantait vos qualités et du jour au lendemain, sans réelles raisons, elle vous isole, vous fait du mal psychologiquement (et parfois physiquement), vous fait culpabiliser, vous rabaisse en permanence et vous fait du chantage affectif, non ce n’est pas normal ! Et réagissez, parlez-en, n’ayez pas peur, vous ne serez pas seul et on vous apportera l’aide nécessaire pour sortir de ce genre de relation malsaine. Mais ne la laissez pas vous détruire, ce n’est pas vous qui avez un problème.. Elle jouera les victimes même après la fin de votre relation, elle essaiera encore de vous faire croire que c’est vous la bête noire mais tenez bon et rayez la de votre vie pour toujours, renouez avec vos proches, surtout ne culpabilisez pas de la laisser seule et osez la détester du mal qu’elle vous a fait !

Personne n’a le droit de vous dicter votre vie !

Publicités

3 réflexions au sujet de “« Impardonnable »”

  1. ton message est très touchant comme tout au tant la vidéo, et c’est vraiment triste que de tels choses puissent arriver.
    je te souhaite beaucoup de courage et de bonheur à présent
    même si on ne peux pas oublier ce qui s’est passé, j’espère que tu y arriveras quand même un peu ….

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup, malheureusement on ne sait pas totalement rayer son passé mais je vais de l’avant en étant bien entourée donc l’avenir ne pourra être que plus beau 🙂 et peut-être qu’un jour, je ne penserai plus jamais à tout ça!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s